Vous êtes employeur, employé, médecin du travail... partageons nos idées et nos expériences

Si vous voulez témoigner de votre expérience, veuillez m'envoyer un message ci-dessous :

Nom, prénom

Votre adresse e-mail

Votre message


Je suis directeur d'école primaire. Parmi les enseignantes, j'ai une femme qui a de gros problèmes familiaux: divorcée, mère de trois enfants. Elle est souvent absente. Je suspecte qu'elle soit alcoolique. Que dois-je faire?


Je suis médecin du travail dans une grosse entreprise de nettoyage. Je suis des femmes qui se lèvent très tôt le matin, qui ne voient pas leurs enfants, qui rentrent tard et qui, pour arrondir les fins de mois, font des gardes d'enfants en soirée. Elles sont épuisées,elles ont mal partout. Je ne sais pas quoi diagnostiquer, quoi faire avec elles ?


Je trouve ce site très intéressant, car cette question est trop souvent taboue.On ne sait pas par quel bout l'aborder car les femmes osent peu en parler, mais on se rend bien compte qu'elles en souffrent.


C'est une question que les dirigeants d'entreprises ne veulent pas aborder parce que ça signifierait que le management est défaillant


Aujourd'hui plus que jamais, il faut introduire la notion de psychologie dans les formations en management, on le voit bien avec ce qui vient de se passer à France Télécom, mais il est sûr que les femmes en font deux fois plus, et je suis d'accord sur le fait qu'elles ne peuvent plus tenir longtemps. Il faut sensibiliser sans pour autant les stigmatiser en signifiant que ce sont des pauvres choses qu'il faut ménager.


Je suis responsable RH, et je me rends compte que seules les femmes RH sont sensibles à ce sujet. Nous en parlons comme d'une fatalité. Je trouve l'idée des réseaux de femmes très intéressante. A partager.


Je dirige une PME, si vous créer un réseau de parrainage, je souhaiterais en être informée.


Je suis médecin du travail, et je viens de voir une femme, directrice d'un service, qui tient depuis 4 ans, harcelée par un patron qui ne supporte pas qu'elle soit compétente et qu'elle réponde à ses provocations. Elle m'a dit que pour tenir, elle buvait. Là, elle décompense, et je n'ai rien pu faire si ce n'est lui conseiller d'aller voir un psy.


C'est vrai que les médecins du travail ont besoin d'être formés en psy, la souffrance, aujourd'hui est plus psychique.


Je suis juriste et m'intéresse aux aspects législatifs de la parité, et je trouve ce point de vue très intéressant et original. Surtout dans sa démarche préventive.


Je pense qu'il ne faut pas trop psychologiser les choses, il ne faut pas que ce problème reste cantonné à la seule sphère psy. Il faut insister sur le lien entre les conditions sociales et politiques de la vie des femmes et les répercussions. Je veux dire par là qu'il ne suffit pas juste de faire des réunions et d'expliquer ce qui leur arrive, mais de proposer des solutions avec force. C'est ce qui se passe dans les pays scandinaves


Je suis sage femme et je travaille dans un centre de prévention de planning familial. J'informe les jeunes filles sur les méthodes de contraception, j'accompagne les femmes après des IVG etc. Et bien depuis la crise, j'ai vu un nombre non négligeable de femmes qui demandent à avorter parce qu'elles viennent de trouver un CDI, alors même que c'était des grossesses désirées. Je trouve ça scandaleux, douloureux et difficle à accompagner psychologiquement.Les femmes trinquent, on ne sait pas à quel point...


Santé Femmes Actives